Hôpital Privé Nord Parisien

10 ans de démarche développement durable

Construit en 1963 pour mieux couvrir les besoins des habitants en chirurgie et en obstétrique de la ville nouvelle de Sarcelles (95), l’Hôpital Privé Nord Parisien (HPNP) offre aujourd’hui une médecine de pointe et de proximité. Il a été l’un des premiers à s’engager dans une démarche de responsabilité sociétale de l’organisation (RSO) et fait figure d’exemple. Cet engagement est aujourd’hui labellisé THQSE® (Très haute qualité sanitaire, sociale et environnementale), « niveau or ». Son nouveau centre de néphrologie inauguré en décembre 2019 concrétise la mise en application de dix ans d’enseignements.

HPNP est labellisé THQSE®, un nouveau label créé par l’agence Primum Non Nocere. Elaboré avec des professionnels de terrain, ce label couronne des démarches RSE et de santé environnementale. La SOCOTEC, organisme indépendant, vérifie que l’organisation répond au cahier des charges du label et le certifie. L’Hôpital Privé Nord Parisien a répondu à tous les critères du référentiel et atteint le « niveau or » avec 90 % de points.

« L’Hôpital Privé Nord Parisien s’engage dans une politique de développement durable qui repose sur l’implication de l’ensemble des professionnels de santé de l’établissement, que ce soit le personnel, la direction et les médecins mais aussi les fournisseurs et les sous-traitants », explique Charles-Antoine Benhamou, directeur général adjoint. « En s’appuyant sur ces personnes « moteurs » et conscientes de l’importance de l’enjeu environnemental, nous avons pu développer des projets qui s’intègrent totalement dans notre démarche de développement durable. Nous espérons qu’ils seront sources d’inspiration pour nos partenaires, nos usagers et leurs familles. »

La RSO, un outil au service de la performance globale

Le soin des patients, le bien-être des professionnels, le partenariat avec les prestataires sont au cœur de multiples actions concrètes mises en œuvre autour des 3 piliers requis. Environnemental : l’établissement mesure son impact environnemental global, y compris celui des fournisseurs et des sous-traitants. L’objectif est de prendre les mesures nécessaires à la diminution de l’empreinte écologique.

Ensuite, économique : il a pris en compte l’obligation d’un équilibre économique. Les dépenses en développement durable sont calculées par le prisme du « retour sur investissement » sur plusieurs années et non immédiatement (ce qui empêcherait toute action).

Enfin, social et sociétal : il associe les professionnels de santé à une politique sociale ambitieuse ayant pour objectif le bien-être et la qualité du travail accompli. Il a pour mission d’entraîner l’ensemble des parties prenantes dans une stratégie RSO commune et partagée.

L’établissement agit et mesure ses résultats

HPNP révise chaque année sa démarche en développement durable et mesure ses résultats. Pionnier, la réduction et la mesure des consommations d’énergie, d’eau, la production de gaz à effet de serre sont en routine.

En anticipation des réglementations à venir, HPNP a déjà mis en place des actions pour mesurer la qualité de l’air et l’améliorer, identifier et réduire la présence de perturbateurs endocriniens, mesurer et réduire la nuisance sonore et des ondes-électromagnétiques.

Une fois par mois, une sensibilisation sur la démarche est faite auprès des salariés ou des patients, par exemple sur les perturbateurs endocriniens en maternité.

À titre d’exemple, HPNP a réalisé son bilan carbone et est classé en A ; une isolation « double peau » est posée sur une grande partie du bâtiment, des panneaux photovoltaïques sont posés sur un des toits ; 69 % des déchets sont triés et tracés ; 100 % des déchets fermentescibles sont déshydratés et broyés sur site pour être ensuite rendus disponibles aux agriculteurs de la région ; 43 % des transports en véhicule sanitaire léger sont réalisés en co-voiturage et 20 % de ceux relatifs aux séances de dialyse et de chimiothérapie ; les produits cosmétiques de la maternité sont des produits bio exempts de perturbateurs endocriniens ; 100 % des produits d’entretien sont éco-labellisés ; 23 % des produits d’alimentation sont locaux ; la consommation de sucre est passée de 332 kg à 167 kg, etc.

Le nouveau centre de néphrologie concrétise 10 ans de démarche développement durable

D’une surface de 1 300 m², il compte 6 salles, soit 44 postes (centre lourd, UDM, autodialyse) et est animé par 35 professionnels de santé. Sa capacité d’accueil passera à 220 patients par semaine. Le centre de Sarcelles fait figure d’un des plus importants centres de dialyse en Île-de-France.

Construction, logistique, énergie, bien-être sont autant d’éléments intégrés dès le cahier des charges et qui ont été pleinement pris en compte. Ils concrétisent la mise en application des enseignements d’une décennie de démarche développement durable. La qualité sanitaire des matériaux a fait l’objet d’une attention particulière : les matériaux utilisés sont sans composés organiques volatils (COV), pour garantir une qualité d’air intérieur parfaite, tant pour les patients, les accompagnants que pour les collaborateurs.

Le centre de dialyse s’est doté d’un carnet sanitaire du bâtiment pour conserver les FDES, document normalisé qui présente les résultats de l’analyse de cycle de vie d’un produit de construction.

Les patients et les salariés ont été intégrés dès la phase de conception du projet. Le confort des patients qui dans leur majorité sont dialysés trois fois par semaine, et des salariés a été un point prioritaire : luminosité, couleurs, nuisances sonores, fluidité des déplacements, respect de l’intimité et évitement de l’isolement, etc.

L’HPNP en chiffres

250 lits et places
+ de 100 praticiens
5 pôles : médico-chirurgical, mère-enfant (1 500 naissances par an), cancérologique, dialyse, urgences et permanence des soins (30 000 passages aux urgences).
L’HPNP est structuré autour de 4 bâtiments et un 5e avec le nouveau Centre de néphrologie.

À date, environ 300 organisations sont engagées dans la démarche THQSE® : CHU, CH, cliniques, maternités, EHPAD, ESAT, ambulanciers, services de santé au travail, cabinets d’infirmiers et de médecins spécialistes, laboratoires d’analyse médicale, etc. Une trentaine d’organisations est en cours de labellisation.

Publié dans le 13h de la FHP-MCO